Actualités

Appel des groupes de défense des droits de l’homme a CORÉE DU SUD Coronavirus et Shincheonji: arrêter la chasse aux sorcières

Des groupes de défense des droits de l’homme expriment leur inquiétude concernant la chasse aux sorcières contre un nouveau groupe religieux en Corée du Sud après qu’un certain nombre de ses membres aient été diagnostiqués positifs au COVID-19.

Shincheonji, après une croissance rapide en Corée du Sud, compte désormais plus de 200 000 membres.

Les membres du groupe ont subi de graves persécutions de la part des groupes chrétiens fondamentalistes ces dernières années.

Coronavirus et Shincheonji: Arrêter la Chasse Aux Sorcières

À:

SE Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme

SE l’ambassadeur Sam Brownback, ambassadeur américain pour la liberté de religion internationale

Cher président Bachelet,

Cher ambassadeur Brownback,

Nous représentons des ONG internationales spécialisées dans la défense de la liberté religieuse. Nous sommes profondément préoccupés par un nombre croissant de cas d’intolérance et de discrimination contre Shincheonji, un nouveau mouvement religieux sud-coréen, après qu’un certain nombre de ses membres aient été diagnostiqués comme étant atteints du COVID-19.

il s’agit d’un nouveau mouvement religieux chrétien sud-coréen, fondé par un prédicateur coréen appelé Lee Man Hee. Le président Lee, comme l’appellent ses membres, n’est pas considéré comme Dieu ni comme la seconde venue de Jésus, mais comme le pasteur promis qui conduira l’humanité dans le royaume de paix que de nombreux chrétiens appellent le Millénaire. Shincheonji a connu une croissance rapide au cours des dernières décennies et compte maintenant plus de 200 000 membres.

Le protestantisme archi-conservateur et fondamentaliste, marginal dans d’autres pays, est le plus grand groupe de chrétiens protestants en Corée du Sud et constitue un puissant bloc de vote. Il a promu des campagnes virulentes contre les minorités qu’il a qualifiées de «sectes», ainsi que contre les catholiques romains, les homosexuels et les immigrants et réfugiés musulmans. Shincheonji a été particulièrement ciblée, pour la bonne raison que sa croissance s’est largement produite par la conversion de membres d’églises protestantes conservatrices et fondamentalistes.

Plusieurs milliers de membres de Shincheonji ont été enlevés par leurs parents ou en leur nom et détenus afin de les contraindre à renoncer à leur foi par déprogrammation. Après que le 9 janvier 2018, une membre de Shincheonji, Mme Gu Ji-in, ait été étranglée alors qu’elle tentait d’échapper à la déprogrammation et est décédée, plus de 120 000 Coréens sont descendus dans la rue, appelant à l’arrêt de la pratique de déprogrammation. Les protestations ont été mentionnées dans le rapport 2019 du Département d’État américain sur la liberté de religion, y compris les violations de la liberté de religion en 2018. Cependant, la déprogrammation se poursuit et les opposants ont également réussi à créer une image diabolisée de Shincheonji dans certains médias sud-coréens.

À la suite de ces campagnes, la plupart des membres de Shincheonji en Corée du Sud ne révèlent pas leur appartenance à Shincheonji dans leurs lieux de travail et leurs écoles, et certaines activités de Shincheonji ont été annoncées en utilisant des noms alternatifs. Cela a conduit à des accusations de dissimulation, et plus récemment Shincheonji est passée à «l’évangélisation ouverte», révélant son nom lors de l’organisation d’événements religieux et autres. Par ailleurs, les membres de Shincheonji, lorsqu’ils sont connus comme tels, sont victimes de discrimination de diverses manières et certains ont même perdu leur emploi.

La patiente n°31 dans la crise du coronavirus en Corée du Sud est une femme membre de Shincheonji de Daegu. Elle n’était pas au courant de son état et n’a été diagnostiquée positive au virus que lorsqu’elle a été hospitalisée après un accident de voiture. Entre-temps, elle a assisté à plusieurs événements de Shincheonji, qui ont conduit à propager le virus aux coreligionnaires, qui représentent désormais un pourcentage important des personnes infectées en Corée du Sud. Le coronavirus s’était propagé en Corée du Sud avant la patiente n°31, et Daegu venait d’accueillir 1000 étudiants chinois en voyage scolaire, malgré les appels généralisés de la communauté médicale pour empêcher les voyageurs chinois d’entrer dans le pays.

Après que l’état de la patiente n°31 ait été connue, Shincheonji a interrompu ses rassemblements religieux dans tout le pays et a fourni aux autorités la liste de ses 200 000 membres en Corée du Sud. L’église a également testé tous ses membres à ses frais. Certaines autorités se sont plaintes du fait que les listes n’étaient pas complètes et certains malentendus se sont produits. Les membres étrangers n’étaient pas inclus, et à l’origine Shincheonji a fourni ce qui était demandé, c’est-à-dire une liste de ses membres, sans compter les personnes, appelés par eux «étudiants», qui ont manifesté un intérêt initial pour Shincheonji et qui ont fréquentés ses centres, mais ne sont pas membres. Lorsque les autorités ont également demandé les listes des étudiants, elles ont été fournies.

Tout cela s’est passé dans un climat chaotique caractérisé par une panique généralisée, et il est bien possible que des erreurs se soient produites. Cependant, certains politiciens coréens ont fait de Shincheonji le bouc émissaire de l’épidémie de virus, peut-être pour éviter des accusations sur leur propre mauvaise gestion de la crise. Des élections générales auront lieu en Corée du Sud le 15 avril, et accuser Shincheonji est un moyen pratique à la fois d’éviter un débat plus large sur la manière dont les autorités ont géré l’épidémie et de faire appel au vote en bloc des protestants fondamentalistes, pour qui la lutte contre Shincheonji est une priorité.

Les protestants fondamentalistes répandent également de fausses nouvelles sur Shincheonji et le virus. Ils prétendent notamment que les membres de Shincheonji infectés ont reçu l’ordre de ne pas se présenter dans les hôpitaux (c’est le cas contraire qui est vrai), que l’église croit que ses membres ne peuvent pas vraiment être infectés car ils sont protégés par Dieu (c’est plutôt ce qu’ont prétendu certaines des églises très fondamentalistes qui attaquent Shincheonji), que les adeptes considèrent l’infection comme quelque chose de bon dans la mesure où la souffrance peut être offerte au Seigneur (une position que l’on retrouve dans certaines formes de vieux mysticisme catholique, mais qui est totalement étranger à l’origine protestante de Shincheonji), et même que les membres de Shincheonji infectés se promènent et essaient d’infecter les autres. Ce sont toutes des fausses informations, et cette dernière est une vieille revendication contre les minorités en période d’épidémie souvent utilisée contre les Juifs, mais leur propagation est dangereuse, irresponsable et peut conduire à la violence.

A Daegu, des fonctionnaires qui distribuaient des masques ont été battus, après qu’une chaîne de SMS ait dit à la population qu’il s’agissait de membres de Shincheonji qui essayaient d’infecter d’autres personnes. A Ulsan, le 26 février, une femme membre de Shincheonji est morte après être « tombée » d’une fenêtre au 7ème étage de l’immeuble où elle vivait. L’incident s’est produit alors que son mari, qui avait des antécédents de violence domestique, l’attaquait et essayait de la forcer à quitter Shincheonji. La police enquête sur un éventuel acte criminel.

Les listes des membres de Shincheonji fournies aux autorités ont été partiellement divulguées, et les adeptes du Shincheonji ont été publiquement insultés et battus, et certains ont même été licencié de leur emploi.

Plutôt que de s’excuser pour leurs responsabilités dans tout cela, les églises fondamentalistes appellent à la dissolution de Shincheonji et à la poursuite pénale de ses dirigeants, avec le soutien (préélectoral) de certains politiciens.

L’hystérie grandit chaque jour, il est facile de prévoir l’apparition de nouvelles violences, et nous pensons que la seule façon de l’arrêter est d’internationaliser la crise. Nous appelons les Nations Unies, les États-Unis et tous les défenseurs de la liberté religieuse au niveau international à demander que le gouvernement sud-coréen, tout en poursuivant ses efforts pour contenir la crise du coronavirus, prenne les mesures appropriées pour prévenir l’intolérance, la discrimination et la violence contre les membres de Shincheonji.

Co-signataires:

CESNUR (Centre d’études sur les nouvelles religions)

ORLIR (Observatoire international de la liberté religieuse des réfugiés)

FOB – Fédération européenne pour la liberté de croyance

CAP-LC – Coordination des associations et des personnes pour la liberté de conscience

EIFRF – Forum interreligieux européen pour la liberté de religion

FOREF – Forum pour la liberté religieuse en Europe

LIREC – Centre d’études sur la liberté de croyance, de religion et de conscience

HRWF – Droits de l’homme sans frontières

Soteria International

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page